Florian Philippot sur la tombe De Degaulle.

Publié le 9 Novembre 2013

Ivan Levai est un usurpateur. Dans son édito du samedi matin qui est souvent un potage où on trouve pêle mêle du leche cul patronal et de la servilité journalistique , il lie la première guerre mondiale à la seconde guerre ce qui n'est pas inutile mais ce vieux satrape oublie de dire le lien entre la Commune de Paris et la première guerre mondiale. C'est une façon de minimiser les raisons de la guerre, l'anéantissement du mouvement ouvrier européen. C'est une vieille technique pour enterrer ce que fut cette boucherie qui crucifia des millions de petits paysans qui sont revenus la gueule cassée ou qui sont restés dans la boue des tranchées.

Ecoutez le absoudre le Front National présent pour une cérémonie à Colombey les deux églises. "Pourquoi pas...explique-t-il..."tant mieux si Florian Philipot a été touché à son tour par la geste d'un homme..."

 

Deux extraits de livres parus récement à la découverte sur le sujet évoquent la question. Sinon on lira cet interview dans la revue Alternative Libertaire, de Francois Roux auteur de La Grande guerre inconnue.

 

 

« Un soir après l’école, je devais rédiger une ligne de résumé d’une leçon d’histoire dans le sens de « Thiers libérateur du territoire ». Mon père me dit : « Attends, je vais le faire moi même ce résumé. Et il écrivit : « Thiers le bourreau de la commune, l’assassin de la classe ouvrière. » Je tremblais en allant à l’école, le lendemain. Mais le maître prit mon cahier, il rougit, pâlit ; il le referma et n’en parla plus. »

 

Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, La découverte, 2013, 15 euros.

 

 

"Une rumeur de remontée en ligne parcourt la troupe. Vers 18 heures, le général Mignot, commandant de la division, accompagné du général Bulot qui dirige cette brigade d’infanterie, est brutalement pris à partie par une foule de combattants, que les témoins évaluent à 2000 environ. Le deux chefs insultés, molestés, leurs insignes arrachés, aux cris de « Assassins ! Buveurs de sang » tandis que les soldats déploient le drapeau rouge."

 

Ce que j’ai vu de la Grande guerre. Frantz Adam. Photographies présentées par André Loez. La découverte, 2013, 29, 90 euros.

 

Rédigé par Louise Mitchell

Repost 0
Commenter cet article