Raymond Famechon.

Publié le 12 Décembre 2014

« Raymond, lui, savait ce qu’il avait à faire : il massait ses mollets, enfilait ses gants de cuir, traversait la foule, montait sur le ring et cognait en pensant aux cheminées des hauts fourneaux et aux gratte-ciel. » Aller plus haut en somme.

De la douceur dans la boxe, c’est la sensation qu’offre ce livre d’Isabelle Mimouni, qui raconte avec des mots qui crissent comme chez Gracq, des mots qui caressent le cuir, la vie de ce boxeur oublié. Enfant pauvre d’une grande fratrie du Nord, Raymond nait à Maubeuge où comme chaque sait il y a un clair de lune. Puis Raymond cherche la gloire dans ce sport, la trouve et la perd. Contre Percy Bassett en 1953 au Vel d’Hiv, il est défait dans ce match contre l’Amérique. Il perdit aussi Micheline et sa famille car boxer c’est souvent beaucoup de sacrifices dans la vie pour perdre sous des coups donnés sur un ring. Au point où il tenta de se suicider. Sa vie, du laminoir au ring raconte celle d’un rêve de prolo qui s’écrase en plein vol, une histoire comme il en arrive des milliers. Reste cet hommage, comme celle d’une petite fille à ancêtre inconnu, plein de peine et de délicatesse. Une caresse sur le visage d’un boxeur.

L’obscure Splendeur de Raymond Famechon, Isabelle Mimouni, Paris, Cohen et Cohen, 103 pages, 2014,13 euros.

Raymond Famechon.

Rédigé par Louise Mitchell

Repost 0
Commenter cet article