Autopsie du dehors.

Publié le 8 Septembre 2012

Autopsie du dehors. Carnet d’été d’un relégué sous surveillance électronique. Jann-Marc Rouillan. Illustrations Marie Claire Cordat. Al Dante 2012.

 

fichelivrecouvautopsie.pngLe Guide du taulard Marseille.

 

 

 

Cette Autopsie du dehors que Rouillan signe avec l'illustratrice Marie Claire Cordat est d'abord une tentative de libération des codes de l'écriture: pas de majuscules, une abondance de parenthèses, des retraits quand bon lui semble, pas une révolution littéraire mais des fugues sous bracelet qui font que les permissions sont minutées, chronométrées, comme un temps toujours contrôlé par l'état.

 

Ça commence par le plan B de Marseille, de Jann marc Rouillan, avec le Bar de la Plaine (BdP) comme première encre, puis le bar de Maraichers; le New palace et enfin les éditeurs, les siens, une librairie de référence. Puis vient l'écriture d'un exilé de l'intérieur, d'un homme en rémission qui s'amourache de Marseille après avoir vécu une fol amour avec Toulouse, et l'Espagne. Un Marseille populaire qui rappelle un Toulouse d'il y a trente ans, Marseille où le banditisme n'est pas mort, ni les pauvres, ni les gueules cassées, encore moins les junkies, malgré Euromed, Marseille, sa culture made in 2013 et son enjôleuse réclame.

 

Marseille sans Charlie Bauer, mort cette année là, ami de Rouillan et de Mesrine. Marie Claire Cordat en fait une gravure christique à la mexicaine. Image terrifiante aussi de Petra Schelm, membre méconnue de la RAF, abattue la première de son groupe à 21 ans et dont le souvenir oblige encore Rouillan à cette fidélité révolutionnaire. Pour finir dans la nuit marseillaise par chanter Imasté Dio en français, nous étions deux, nous étions trois, nous étions mille et vingt et trois...

 

Ce carnet d'été visite la ville où l'auteur rencontre des ex-taulards, des jeunes révoltés, des anciens amis et revoie souvent la prison d'un quartier à l'autre: Quartier des Carmes, de la Plaine, Noailles et retour a  casa pour écrire, car sa feuille de route suit maintenant celle de l'écriture. Et ce qui enrage Rouillan plus qu'aucun autre, c'est cette réécriture de l'Histoire, la sienne et celle de sa génération, ce masque tragique tombé sur leur jeunesse parce que la mort et la prison vinrent clôturer leurs espoirs. Mais qu'en plus les vainqueurs avaient besoin que tout ce passé soit effacé, que tout cela fasse peur, sente la folie de jeunesse et  la paranoïa.

Autopsie du dehors est en noir ; les belles illustrations de Marie Claire Cordat,  illustratrice lyonnaise artiste  punk ayant survécu au No Future, manquent de place mais elles seront visibles en format raisin en octobre à Marseille. Marie Claire a accompagné Jean Louis Coste dans ses spectacles. Elle vit sa révolte dans son corps autant que dans sa musique. Sa rencontre avec Rouillan ne surprendra pas.

Autopsie c’est signer la mort d’un extérieur, c’est dire à quel point l’enfermement est présent quand on a passé 25 ans derrière des barreaux.

 

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0
Commenter cet article