Charlie Bauer: Camarade n°1.

Publié le 8 Novembre 2012

Je viens de tomber sur cet article de Patricia Tournacheau lors de la réedition de Fractures d'une vie de Charlie Bauer, disparu cet année? Il est consultable sur le site d'AGONE.

Un extrait final:

Face à Mesrine plutôt porté sur la viande et qui se tapait sur le ventre à la fin de chaque repas en disant « encore un qu’ils n’auront pas », Bauer cultivait le régime végétarien et continue : « Je ne bouffe pas de cadavres. » Ce goût pour les légumes relève d’une haute « lutte contre le régime pénitentiaire et pour le droit à manger ce qu’on veut », comme « pour l’accès au savoir ». Il a fini par décrocher deux licences de philo et de psycho, et un doctorat en anthropologie sociale. Depuis 2005, au théâtre, il donne corps aux textes de Varlan Chalamov, dix-huit ans de goulag, sur les exactions des chefs du camp de la Kolyma. Antimachiste revendiqué, notre hôte voyant passer une femme en burqa approuve « le port de ces chiffons » : « Je remiserai mon point de vue lorsque vous supprimerez les strings et les pubs sur les femmes objets de tous les désirs. » Volontiers provocateur, l’« itinéran t» qui depuis trente-cinq ans partage sa vie en pointillés avec Renée et sa fille Sarah, devenue conseillère principale d’éducation, lance tout à trac : « Je suis un très mauvais père et mari. Je n’ai qu’une femme, c’est la Révolution, mais putain ce qu’elle baise bien ! »

Rédigé par Louise Mitchell

Repost 0
Commenter cet article