Femen.

Publié le 14 Mars 2013

Femen partout, féminisme nulle part

par Mona Cholletmardi 12 mars 2013

« Les musulmans semblent éprouver un sentiment de puissance virile à voiler leurs femmes, et les Occidentaux à les dévoiler »,écrivait l’essayiste marocaine Fatema Mernissi dans Le Harem et l’Occident (Albin Michel, 2001). L’engouement des médias français pour des figures comme les Femen ou Aliaa El-Mahdy, l’étudiante égyptienne qui, en 2011, avait posé nue sur son blog (1), offre une nouvelle confirmation de la justesse de cette observation. On a pu voir sur France 2, le 5 mars, un documentaire consacré au collectif d’origine ukrainienne implanté en France depuis un peu plus d’un an (2), et un autre intitulé Aliaa, la révolutionnaire nue sur Public Sénat pour le 8 mars, Journée internationale des femmes.

Tant pis pour les milliers de femmes qui ont le mauvais goût de lutter pour leurs droits tout habillées, et/ou d’offrir un spectacle moins conforme aux critères dominants de jeunesse, de minceur, de beauté et de fermeté. « Le féminisme, c’est ces femmes qui ont défilé dans les rues du Caire, pas les Femen ! Et sur ces femmes-là, je vois peu de documentaires TV »,s’insurgeait sur Twitter, le 6 février dernier, la correspondante de France Inter en Egypte, Vanessa Descouraux. En France, les organisations féministes « se voient désormais plus souvent interpellées sur ce qu’elles pensent du mouvement d’origine ukrainienne que sur leurs propres actions » (3).
La suite de ce très bon papier sur le site du Monde Diplo.

Rédigé par mona chollet.

Repost 0
Commenter cet article

Lux 19/03/2013 14:14

On pourra lire un avis contraire à celui de Mona Cholet dans Caussette

adé 15/03/2013 21:34

..."s’insurgeait sur Twitter,"
Tout est dit de l'insurrectionnel "Monde Diplo."
les femens dérangent et se rendent visibles par leur corps, elles sont jeunes, suffisament en forme pour faire des coups d'éclats, résister un peu, faire du tapage et dénoncer la condition faite
aux femmes.
Il paraît que cela n'est pas vraiment féministe, certain/es ont un certificat, d'autres pas.Il paraît que les "orientaux" couvrent leurs femmes et les "occidentaux" les découvrent, tout ça serait
équivalent, voire patriarcal. Les hommes qui enferment leurs femmes, les maintiennent ainsi avec ou contre leur volonté, par contre celles qui se découvrent la poitrine ne le font pas parce
qu'elles en ont l'autorisation, ou l'obligation dans ce cas-là : il y a une très grande différence. Tout amour n'est pas mariage, ni prostitution, la question de genre c'est celle de
l'appropriation des femmes par les hommes, et donc de l'assignation à une identité genrée. Ces femens se servent du privé -domaine des femmes- dans le public -domaine des hommes- c'est l'intrusion
du corps -privé/appartenant aux hommes- dans le domaine public réservé (cf. le forum...)aux hommes.
Contre l'assignation, pour la communisation...intégrale.