Jean Pierre Garnier .

Publié le 26 Mars 2010

garnier 2208

 

La sociologie urbaine, dont l’auteur est un spécialiste, doit être un caillasage verbal de l’urbanisme.  Cette édition réédite des textes de 1985 à 2005 montrant une chronologie du changement de l’espace urbain. Le champ d’enquête reste pourtant la région parisienne, d’où Garnier exécute les Bobos (les enfants de Bernard Arnault et d’Amélie Poulain), à la façon de la Rumeur, et  maudit la gentrification des quartiers populaires. Il déplore la fin d’un prolétariat incapable de changer le monde comme de savoir qu’il est une entité propre. A propos des flambées urbaines ou des émeutes de cités, il explique que cette violence nerveuse (dixit Baudrillard) n’est « qu’ un hommage - un peu rude certes - rendu à l’économie de marché… » puisque les « sauvageons » de Jean Pierre Chevènement ont parfaitement intégrés les valeurs de compétition, profit, réussite matérielle,  du monde capitaliste. Jean Pierre Garnier, avec sa verve anarchiste, dénonce essentiellement l’artificialisation d’un Paris populaire. Il décortique la langue mensongère du pouvoir, créant ici des « villages » quand la vie de quartier a été éliminée, structurant des « cheminements «  là où il n’existe plus que des déplacements conditionnés par le travail et la consommation.

Jean-Pierre Garnier. Une violence éminemment contemporaine.Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires. Contre-feux Agone 2010. 18 euros. Un extrait est disponible dans le Monde Diplomatique du mois d'avril.

Rédigé par Goby

Repost 0
Commenter cet article