Kadhafi en Auvergne

Publié le 14 Mars 2011

Certaines rumeurs infondées ont fait se réfugier l'ex président lybien au Pays Basque et à Saint de Luz. Bien évidement faux: Le temps bien trop humide ne permet pas à son éminence de survivre dans cette région. De plus Mouhamad ne pratique plus le surf depuis 1984 lors de l'attaque américaine de son palais. Il avait alors perdu son surf adoré nommé Ronny.

Par contre des informations confidentielles et invérifiables laissent à penser qu'il pourrait choisi Ambert comme lieu de repli. Plusieurs raisons expliquent ce choix. La région est réputée Verte comme le petit livre du grand berger, qui au passage adore les cabris. En second, Rael est né dans cette ville et c'est en Auvergne qu'il a été capturé par des soucoupes volantes. Le grand Kadhafi a donc un espoir de faire escale ici et d'échapper aux tribunaux internationaux. Enfin il n'a échappé à personne le gout du guide suprême pour les auvergnats blonds et un peu racistes portant le prénom Brice, qui lui rappelle tant les chameaux dociles de son enfance à Syrte.

La population Ambertoise est aux anges et se prépare à acclamer la venue de ce Messie qui va rouvrir la maternité en fécondant toutes les vierges de la région. Il a en outre promis de raser les éoliennes qui gênent le passage des mirages. Le leader libyen a rajouté sur l'antenne de Radio Nebouzat qu' à Ambert il a su trouver une population servile et accueillante. De son côté le député maire André Chassaigne(PC) se pose la question de l'utilité de la construction d'un palais à quatre tours et miradors en lieu et place de l'église d'Ambert. Pour ou contre, le candidat du Front de gauche hésite encore. Pour la mairie de gauche il ne fait aucun doute que c'est le bon choix: Les frais sont devenus trop importants pour la collectivité. Elle a même proposé à son excellence le plan d'eau comme piste d'atterissage de son hydravion.

 

AFPU


Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Djinns panafricains

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article