Les kosovars partent en vacances forcées à Rouen.

Publié le 1 Septembre 2011

Tôt ce matin, la famille AJETI accueillie depuis quelques jours par la commune de St-Amant Roche-Savine ( 63) et ses habitants, a été emmenée à la gendarmerie de Thiers.  Ils sont désormais en route pour le centre de rétention de Rouen. Leur demande de droit d'asile a été refusé, ils sont à nouveau expulsables dans les heures ou les jours qui suivent. 

 

 

 

 

Les AJETI et les HASANI doivent rester parmi nous.

 

Ces familles sont parentes. Madame Hasani et monsieur Ajeti sont les grands-parents des cinq enfants du couple constitué par Kadri Hasani et Elsabeth Kovatch. 

Ils ont fui le Kosovo, il y a 10 ans, pour échapper à la guerre et à ses conséquences pour les roms. Ceux-ci sont chassés du Kosovo ou parqués dans des camps. Leurs maisons sont détruites au bulldozer. La famille Ajeti-Hasani a cherché refuge en Serbie. La compagne de Kadri Ajeti, Elsabeth Kovatch, est serbe. Mais, au lieu de faciliter l’intégration de leur famille, cela a attiré sur elle les persécutions de leurs voisins serbes.

Elle a été battue parce qu’elle vivait avec un rom. Elle ne pouvait plus sortir de chez elle. Son beau-père, Salih Hasani a lui aussi été attaqué par des serbes et a dû être hospitalisé.

 

Le mercredi 10 août à 7h30, on est venu les chercher dans leur lit. Ce couple de roms de 50 ans dont la dame est malade des poumons avec leur enfant de 11ans. Cette famille avec le père, la mère et leurs cinq enfants de 10, 8, 6, 3 et 2 ans.

Ces familles ont été libérées du centre de rétention de Lille le vendredi 12 août. Elles ont été déposées à la gare de Lille sans argent ni billet de train. Lorsqu’elles ont réussi à atteindre Clermont-Ferrand, elles ont appris que les associations d’hébergement d’urgence n’avaient plus le droit de les loger.

Les roms n’ont aucun droit au Kosovo. En France, est-ce la même chose ?

Ces familles ne demandent qu’à vivre parmi nous. Les enfants fréquentent régulièrement l’école où ils ont une attitude exemplaire.

 

Tôt ce matin, la famille AJETI a été emmenée à la gendarmerie de Thiers.  Il sont désormais en route pour le centre de rétention de Rouen. Leur demande de droit d'asile a été refusé, ils sont à nouveau expulsables dans les heures ou les jours qui suivent. 

 

Collectifs et individus, si vous avez la possibilité de vous mobiliser sur place à Rouen ;

si vous avez les moyens de prévenir des journalistes localement, n'hésitez pas. Vous pouvez leur communiquer la pétition pour qu'ils aient des infos sur la famille. 

 

 

 

RASSEMBLEMENT aujourd'hui

Jeudi 1er Septembre

18H devant la préfecture de Clermont

SOYONS NOMBREUX

 

 

Rédigé par Louise Mitchell

Repost 0
Commenter cet article