Vian de à vendre au plus offrant.

Publié le 23 Juin 2013

Boris-reVian-0464.jpgHubert Félix Thiéfaine chantant Vian, c'est arrivé samedi au Blizart Café à la Chaise Dieu. Un type monté sur ressort et grimé en jaune a chanté une bonne heure les standards les plus snobs de Boris Vian. A con panier de Spencer et d'une grande Gudule qui n'est autre que Sylvain Margerit, Lionel Richter a médusé le public venu de toute la basse Auvergne pour dynamiter toutes les huiles qui nous gouvernent. On a eu droit au défilé d'une série de chansons qui n'ont pas toutes finies  entre les pognes des bouchers de la Villette quand ceux ci font du tango, mais Johnny a eu mal, mal mais male quand même. On n'a pas tué tous les affreux, c'est peu dire mais c'est en bonne voie. La Java des bombes atomiques rappelle quelques principes sacrés tandis que Gudule nous montre que dans les années 50, la consommation battait déja son plein de vinaigrette et de ratatine ordures.

Plaisir rare que d'entendre le tango des perceurs des coffres forts pas si interminable que ça. Reconnaisons que le jeune et talentueux Richter quand il ne triture pas ses miches, sait se faire passer pour l'un des frères Jacques. Combien de jeu de mots, comme l'Aurore qui arrive avec le Figaro. Le blouse du dentiste restera comme un grand moment Richterien car le boulanger sort du fournil et se déchaine dans l'écume des jours avec sa guitare.

 

Le BLizart au fait, est un lieu tout neuf et tout beau, ouvert dans la vieille Chaise Dieu, entre monastère et couvent, par des moines dévergondés et des nonnes à poil dur, tout à fait recommandables. Café chaud avec baby foot...bières biologiques, mais c'est en Haute Loire...c'est pas à côté forcement mais si vous n'y allez pas , j'irais cracher sur vos tombes. 

 

Boris revian. Compagnie Lazzi Serpolet.

Rédigé par Louise Mitchell

Repost 0
Commenter cet article