Articles avec #marseille uber alles tag

Publié le 25 Mars 2013

La prochaine réunion de l'Assemblée de la Plaine aura lieu le mardi 26 mars à partir de 19h au local de MTP (cf. affiche jointe, à faire circuler, à coller, etc.). C'est à Marseille.

Nous vous invitons à venir nombreux-ses échanger notamment autour :

- de la pression policière sur le Carnaval indépendant,
- de l'expulsion mercredi dernier du squat "le tableau noir" (rue Saint Savournin),
- des prochaines réjouissances à mettre en place (banquet de quartier, projet de fête de la Plaine, débat sur la vidéosurveillance et la normalisation sécuritaire, ...)

Pour info, en cliquant sur le lien http://pluzz.francetv.fr/videos/c_dans_lair_,78731806.html vous pourrez revoir une émission de France 5 ("c'est dans l'air"), consacrée à la criminalité et les règlements de compte à Marseille, où curieusement (sic), il est question à la 17ème minute du reportage d'une "manifestation à surveiller de près", grâce au système de vidéosurveillance... On y voit M. Pozmentier, un dimanche avec les journalistes dans le centre de visionnage, s'occuper d'un Carnaval que nous connaissons bien. A méditer ?

A mardi donc.montagne.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Assemblee Plaine

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 19 Mars 2013

IMG00672-20130317-1522.jpg

 

Photo sur le site de l' Assemblee de la Plaine.

 

Le temps était gris et lourd ce dimanche. Les pandores ne supportant  plus qu'un jour par an le monde puisse être renversé, plusieurs véhicules de la police et une dizaine de menbres de la BAC de Marseille encadraient à partir de 15 heures la petite foule déguisée, qui s'asperge généreusement de farine, depuis l'année 2000. Une batoucada est prise en étau par les farces de l'ordre. Le costume des policiers en civil frise le ridicule:  noir, cagoule de voyou, bouclier, casquette, de grands momes quoi.

Il est difficile de dire combien les enfants ont été sensibles à ce pantomime d'un gout douteux. Un Sergent Garcia s'est même emparé courageusement de l'épee de  ZORRO; un participant  a manqué d'être interpellé pour jet de farine. On s'attendait à ce que tous les clowns soient déboutés de leur nez rouge. Le printemps avait été mis aux arrêts comme si l'hiver de la rigueur devait souffler encore quelques mois.

Le Carnaval de la Plaine , carnaval encore libre, célébrait le grand ridicule de Marseille 2013, comme l'an dernier il avait chahuté l'installation de caméras de vidéo-surveillance dont l'inutilité n' atteint son comble que lorsqu'on le compare avec leur prix d'achat. Cette manifestation où certains n'ont pas encore compris qu'il faut être dedans et déguisés, porte en elle les soubresauts de ce quartier vivant qu'est la Plaine. Il manque encore un peu des habitants de ce quartier pour qu'il soit ce grand carnaval populaire qu'il doit devenir. Un grand renversement qui dit merde à la police de l'hiver.

Il aura fallu attendre un préfet de gauche et la capitale de l'enculture pour voir des flics encadrer un carnaval de quartier. C'est une immense bouffonerie qui allonge le nez des politiques.

Marseille 2013 confirme qu'elle est une farce. Une farce de moins en drôle. Comme l'écrit le journal CQFD, Marseille 2013 n'aura pas lieu.

 

On lira avec attention cet autre article sur Marseille en Guerre. et ce poème dévasté en espagnol.

 

Mientras escribo no sé qué me dice
que aunque parece que ya no hay razón
aún podemos con lo que sucede
porque no pueden con nuestra canción.
En la subasta se llevaron todo
enajenando nuestro corazón,
se repartieron hasta lo imposible
pero no pueden con nuestra canción.

Nos han robado hasta la primavera
pero no pueden con nuestra canción,
parece frágil pero no se entrega
sigue cantando como vos y yo.

Ella resiste porque es la memoria,
ella resiste como vos y yo.
Ella desnuda nuestras alegrías,
nos hace libres desde el corazón.

Se vuelve viento para no callarse.
Se vuelve grito cuando dice no.
Se vuelve mansa para nuestros hijos.
Es voz de aquellos que no tienen voz.

Nos han robado hasta la primavera
pero no pueden con nuestra canción,
parece frágil pero no se entrega
sigue cantando como vos y yo.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 14 Mars 2013

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 14 Février 2013

En 2008, Manu Tchao qui n'a pas la verve d'un Dominique Seux nous enjoignant ( du verbe Andrélajoigniser) chaque matin, sur France inter, de nous serrer la ceinture  en regardant le bourgeois se pelleter de l'artiche, prédit ce que sera Marseille 2013, capitale de l'enculture. Sur cette autre vidéo on pourra voir des gitans sur scéne, pendant que des camps roms sont vidés par les autorités, des Mireille genre succubes qu'on comprend pas une broque de ce qu'elles dégoisent.  Enfin la grande clameur cycliste de Vélo en Vils filmée pour son auto promotion montre par ses images même le raté magnifique de leur collaboration. Comme dirait Audiard: "Vous êtes trop jeunes, vous n'avez pas connu la rue Lauriston"; Des caves j' t' jure!

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 19 Septembre 2012

Manifestation le 22 septembre pour une Canebière cyclable par nos amis de Vélo en ville. Un texte bien plaisant.

Rendez-vous le samedi 22 septembre 2012  à La Girafe, Square Léon Blum (en haut de la Canebière) à 16H30.

Il y a des choses, à Marseille, qui ne changent pas. Les panisses et le jaune à l’apéro, la bonne mère en haut de sa colline, les pêcheurs sur la corniche.

A vrai dire rien ne change en fait à Marseille et malheureusement la place du vélo dans la ville n’est pas une exception et les promesses de Gascon non plus. 

 

Petit rappel des faits :

 

En ce début de l’an 2012 après J.C. et dans le cadre de la semi-piétonisation du Vieux-Port, le Collectif Vélos en Ville veillait bon train au sort qui allait être réservé aux vélos sur ce site mais aussi, et bien évidemment, sur le boulevard circulaire et ses alentours.

 

Votre association, toujours prompte à sentir le mauvais coup, avait initié des réunions sur le sujet avec la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole. Après de longues analyses et discussions et de maintes recommandations le Collectif Vélos en Ville attendait alors les mesures qui allaient être prises en termes de réglementation de la circulation.

 

Et advint le fameux vingt neuf février de l’an deux mille douze, la date ne s’inventant pas, cela aurait pu être aussi le 1er avril… En ce jour donc, le fameux arrêté n° CIRC 1201921 réservait une partie de la circulation de la canebière aux « transports en commun » (entendez la RTM et les taxis). Une « partie » cela veut dire, entre autre, que les vélos ne peuvent plus descendre la plus belle avenue du monde pour rejoindre la plus grande calanque de l’univers.

 

C’est donc alors, et tout naturellement, que la plèbe cycliste s’éleva et grâce à l’impulsion de votre association organisa la première manifestation sur la canebière pour la canebière - à vélo. On était alors en Floréal de l’an deux mille douze.

 

A cette annonce de manifestation, les journaux titraient alors « La Canebière dit oui au vélo ! ». La Canebière peut-être mais nos  élus... Quelques jours plus tard, la manifestation avait lieu avec les promesses de Marseillais qui vont avec : « Bon vous faites la manif mais bon c’est comme si vous l’aviez déjà votre canebière à vélo ».

 

4,5 mois après, vous pourrez encore jouer avec la police à « Tu me mets un PV si je descends la Canebière à vélo ? » : le nouveau jeu en vogue à Marseille. 

Alors après la manifestation du boulevard circulaire en septembre 2011 et celle de la Canebière en mai 2012, les cyclistes marseillais se posent toujours la question de la place qui est réservée au vélo en ville ou ne serait-ce qu’en hyper centre-ville.

 

Les 1100 adhérents du Collectif Vélos en Ville poseront donc cette question sous la forme d’une nouvelle manifestation car on ne se lasse pas du ridicule de la situation :

 

Rendez-vous le samedi 22 septembre 2012 La Girafe, Square Léon Blum (en haut de la Canebière) à 16H30.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 8 Septembre 2012

Autopsie du dehors. Carnet d’été d’un relégué sous surveillance électronique. Jann-Marc Rouillan. Illustrations Marie Claire Cordat. Al Dante 2012.

 

fichelivrecouvautopsie.pngLe Guide du taulard Marseille.

 

 

 

Cette Autopsie du dehors que Rouillan signe avec l'illustratrice Marie Claire Cordat est d'abord une tentative de libération des codes de l'écriture: pas de majuscules, une abondance de parenthèses, des retraits quand bon lui semble, pas une révolution littéraire mais des fugues sous bracelet qui font que les permissions sont minutées, chronométrées, comme un temps toujours contrôlé par l'état.

 

Ça commence par le plan B de Marseille, de Jann marc Rouillan, avec le Bar de la Plaine (BdP) comme première encre, puis le bar de Maraichers; le New palace et enfin les éditeurs, les siens, une librairie de référence. Puis vient l'écriture d'un exilé de l'intérieur, d'un homme en rémission qui s'amourache de Marseille après avoir vécu une fol amour avec Toulouse, et l'Espagne. Un Marseille populaire qui rappelle un Toulouse d'il y a trente ans, Marseille où le banditisme n'est pas mort, ni les pauvres, ni les gueules cassées, encore moins les junkies, malgré Euromed, Marseille, sa culture made in 2013 et son enjôleuse réclame.

 

Marseille sans Charlie Bauer, mort cette année là, ami de Rouillan et de Mesrine. Marie Claire Cordat en fait une gravure christique à la mexicaine. Image terrifiante aussi de Petra Schelm, membre méconnue de la RAF, abattue la première de son groupe à 21 ans et dont le souvenir oblige encore Rouillan à cette fidélité révolutionnaire. Pour finir dans la nuit marseillaise par chanter Imasté Dio en français, nous étions deux, nous étions trois, nous étions mille et vingt et trois...

 

Ce carnet d'été visite la ville où l'auteur rencontre des ex-taulards, des jeunes révoltés, des anciens amis et revoie souvent la prison d'un quartier à l'autre: Quartier des Carmes, de la Plaine, Noailles et retour a  casa pour écrire, car sa feuille de route suit maintenant celle de l'écriture. Et ce qui enrage Rouillan plus qu'aucun autre, c'est cette réécriture de l'Histoire, la sienne et celle de sa génération, ce masque tragique tombé sur leur jeunesse parce que la mort et la prison vinrent clôturer leurs espoirs. Mais qu'en plus les vainqueurs avaient besoin que tout ce passé soit effacé, que tout cela fasse peur, sente la folie de jeunesse et  la paranoïa.

Autopsie du dehors est en noir ; les belles illustrations de Marie Claire Cordat,  illustratrice lyonnaise artiste  punk ayant survécu au No Future, manquent de place mais elles seront visibles en format raisin en octobre à Marseille. Marie Claire a accompagné Jean Louis Coste dans ses spectacles. Elle vit sa révolte dans son corps autant que dans sa musique. Sa rencontre avec Rouillan ne surprendra pas.

Autopsie c’est signer la mort d’un extérieur, c’est dire à quel point l’enfermement est présent quand on a passé 25 ans derrière des barreaux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 19 Juin 2012

Dernier numéro de ce News Magazine de la Coté d'Azur pour l'Homme moderne et la Femme à la page. Malgré cela, un désolant papier sur les Roms déménagés par les élus UMP, le Québec érabilisé et raconté par les insupportables anars Montréalais, et en plus des photos toutes moches de colombiennes par le pas doué Damien Fellous. Pas une ligne sur la la victoire du Fond de Gouache en Auvergne où pourtant le député reste l'unique abonné à l'assemblée. Pouah!

 

cqfd.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 11 Avril 2012

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 4 Avril 2012

Si ça continue je revote Gaudin et je le fais nommer Ministre du développement durable sous le gouvernement Joly.

 

La gare saint Charles à vélo?

Cyclistes! Pour aller à la gare saint Charles, ce sera le Nord que vous choisirez.

02042012 bis(2).jpgUn beau double-sens-cyclable en site propre est actuellement en cours d’aménagement sur la rue Honnorat pour accèder à l’arrière de la gare à partir du boulevard National. Un aménagement comme on aurait aimé en voir un sur le boulevard de Paris. En tout cas avec la piste cyclable prévue, dans le sens montant, à l’occasion du réaménagement du boulevard National et le tunnel déjà en partie équipé ça commence à ressembler à quelque chose. Il ne restera donc plus qu’à faire le même type d'aménagement sur le versant sud du boulevard National qui mène à Longchamp, pour avoir une vraie cohérence de ce coté de la gare saint Charles

En revanche pour accéder à la gare par le coté sud, c’est la misèreeelv,marseille,écologie,honnorat,national,canebière,athènes,piste cyclable de la désolation. Le réaménagement en cours du boulevard d’Athènes nous a apporté un bel enrobé bien roulant. On se croirait sur l’autoroute… Quel plaisir! C'est si rare à Marseille de ne pas avoir l’impression de faire en permanence du VTT sur de mauvais chemins.


eelv,marseille,écologie,honnorat,national,canebière,athènes,piste cyclableMais ça ne compense pourtant pas l’absence d’aménagement pour aller de la Canebière à saint Charles. Ah oui, c’est vrai que les cyclistes ne sont pas les bienvenus sur la Canebière… Pas la peine de prévoir quelque chose de correct pour monter à saint Charles!?

MF

Voir les commentaires

Rédigé par Eddy Merkx

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0

Publié le 28 Janvier 2012

             mardi  7 février  :: 18:00 / 19:00

 

      Permanence du collectif Place des Habeilles

 

 Information et discussion sur un projet d'habitat groupé écologique coopératif à Marseille.

 

 Les futurs HABitants groupés à MarsEILLE ont le plaisir de vous présenter leur projet !! 

 

 Au commencement de cette histoire, L'EPFR PACA (Établissement Public Foncier Régional), en concertation avec la Ville de Marseille, propose un terrain à bâtir... 

 Dans le quartier de St-Mauront, à proximité du Métro National, à 10 min en vélo de la Canebière, la parcelle permet la construction d'un Habitat groupé en autopromotion de 15 à 18 logements. 

 Nous aimons le Marseille cosmopolite et souhaitons habiter autrement dans cette ville, dans un esprit de solidarité au sein d'un habitat à très haute qualité environnementale. 

 Rencontrer ses futurs voisins et préparer avec eux un cadre de vie plus convivial et solidaire, tel est l'objectif pour le début de l'année 2012. Le groupe n'étant pas au complet, tout reste à imaginer... 

 

 La permanence aura lieu tous les mardis à cette heure.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Guy Lux

Publié dans #Marseille uber alles

Repost 0