Articles avec #orient orageux tag

Publié le 17 Septembre 2012

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 24 Mai 2012


« Le gouvernement d’occupation de Tsolakoglou [1] a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant trente-cinq ans (sans aucune contribution de l’État). Mon âge ne me permet plus d’entreprendre une action individuelle plus radicale (même si je n’exclus pas que, si un Grec avait pris une kalachnikov, j’aurais pu être le deuxième à suivre), je ne trouve plus d’autre solution qu’une mort digne ou, sinon, faire les poubelles pour me nourrir. Je crois qu’un jour les jeunes sans avenir prendront les armes et iront pendre les traîtres du peuple, sur la place Syntagma, comme l’ont fait en 1945 les Italiens pour Mussolini, sur la piazzale Loreto, à Milan. »

Lettre manuscrite du pharmacien retraité âgé de 77 ans qui a mis fin à ses jours sur une pelouse de la place Syntagma, près du Parlement grec, le 4 avril 2012 (via le blog Greek Crisis).

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 4 Mai 2012

Samedi, au Japon, on coupe le nucléaire

La centrale nucléaire de Tomari, à Hokkaïdo, le 16 avril 2008.
La centrale nucléaire de Tomari, à Hokkaïdo, le 16 avril 2008. (Photo Kyodo. Reuters)

Le Japon sera sans énergie nucléaire à partir de samedi lorsque le dernier réacteur en service sera arrêté pour maintenance, une situation intenable pour les opérateurs électriques du pays qui demandent le redémarrage de leurs réacteurs pour éviter la pénurie de courant pendant l'été.

Un seul des cinquante réacteurs du Japon est actuellement en marche - à la centrale de Tomari, sur l'île d'Hokkaïdo - mais il doit être arrêté pour une session d’entretien de routine.

Les agents de la centrale devraient actionner la barre de contrôle du réacteur 3 samedi vers 17 heures locales (10 heures en France) pour une extinction complète prévue dans la soirée, a précisé un porte-parole de l'électricien régional Hokkaido Electric Power Co.

Le travail de maintenance devrait prendre un peu plus de 70 jours, au terme duquel l’opérateur espère pouvoir redémarrer le réacteur.

Mais cette hypothèse reste très incertaine. Aucun des réacteurs arrêtés pour inspection après le désastre de la centrale de Fukushima, dont quatre des six réacteurs ont été ravagés par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, n’a été relancé depuis.

Avant l’accident, le Japon disposait d’une capacité de production nucléaire couvrant de 25 à 30% de ses besoins en électricité.

Une douzaine d’unités ont été stoppées sine die et toutes celles qui étaient déjà arrêtées ou ont été mises en arrêt pour entretien depuis n’ont pas pu redémarrer en raison des nouvelles conditions de sécurité imposées.

Les compagnies régionales d'électricité font pression sur les autorités et le public pour forcer le redémarrage de leurs réacteurs, arguant d’un risque de pénurie de courant lors des périodes de grosses chaleurs.

Le chef de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Angel Gurria, a récemment exhorté le Japon à relancer l’exploitation des réacteurs dont la sécurité aura été confirmée, arguant des risques économiques d’une insuffisance de courant.

«Vous devez avoir suffisamment d'énergie pour alimenter les ménages, les entreprises et les infrastructures, ceci est une condition à la politique de croissance économique», a-t-il dit.

Le gouvernement du Premier ministre Yoshihiko Noda affirme que deux réacteurs de la centrale d’Oi (Ouest) répondent aux exigences de sécurité et peuvent être redémarrés mais l’opposition du public à l'énergie nucléaire s’est intensifiée et les autorités régionales sont réticentes.

Des manifestations anti-nucléaire sont programmées samedi au Japon à l’occasion du Jour des enfants avec pour mot d’ordre un avenir plus sûr pour les prochaines générations.

(AFP)

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2011

600 militants s'apprêtent à débarquer pacifiquement à Tel Aviv pour exiger

d'Israël qu'il ouvre la frontière vers la Palestine

 

MISSION « BIENVENUE EN PALESTINE » DU 8 AU 16 JUILLET 2011

 

Près de 600 femmes, hommes et enfants, dont plus de 350 Français, y compris

de nombreux "désobéissants", s’envoleront vendredi prochain 8 juillet,

pour se rendre en Cisjordanie à l’appel de 15 associations de la société

civile palestinienne de Cisjordanie.

 

L’objectif est de montrer que si nos gouvernements ne semblent pas

s’intéresser au sort de cette population, sous occupation depuis bien trop

longtemps, il y a des femmes et des hommes de tous les pays qui sont prêts à

leur apporter un soutien moral, en prenant une semaine de leurs vacances pour

aller à leur rencontre.

 

Mais pour pouvoir nous rendre à Bethléem, nous n’avons d’autre choix que

d’atterrir d’abord à l’aéroport de Tel Aviv, puisque le seul aéroport

palestinien a été détruit par Israël au début des années 2000. Nous

savons que les internationaux qui se rendent en Palestine sont en général

soumis à des pratiques arbitraires voire illégales, lorsqu’ils ne sont pas

refoulés, ce qui les amène souvent à mentir sur les motifs de leur voyage.

Pour nous, puisqu'aucune intention belliqueuse ne nous anime, il n'est pas

question de mentir. Nous avons dûment informé les autorités israéliennes,

ainsi que le Ministère français des affaires étrangères, de notre

intention de nous rendre en Cisjordanie.

 

Les autorités israéliennes savent donc parfaitement que nous ne venons pas

pour « semer la pagaille à l’aéroport de Tel Aviv », contrairement à ce

qu’affirment certaines officines, mais bien pour rendre visite à des

familles palestiniennes, partager leur quotidien pendant une semaine, visiter

les villes, les villages et les camps de réfugiés, découvrir les

difficultés de leurs habitants, mais aussi leur culture et leurs attentes.

 

Notre programme comprend notamment des échanges avec le Centre Culturel

Al-Rowwad du camp de réfugiés d’Aïda (Bethléem), L’aide à la

plantation d’oliviers dans les villages autour de Ramallah, ainsi qu’une

visite de solidarité aux animateurs du Théâtre de la Liberté à Jénine,

dont le directeur, Juliano Meir Khamis, a été sauvagement assassiné

récemment.

 

Nous tenons à souligner que nous militons pour une paix juste et pour la

liberté et la sécurité aussi bien du peuple palestinien que du peuple

israélien. Une telle paix passe nécessairement par la fin de l’occupation

des territoires palestiniens et le respect du droit international. Nombreux

sont les Israéliens qui partagent d’ailleurs ce point de vue, et qui nous

attendrons à l'aéroport de Tel Aviv.

 

Nous partons avec des passeports en règle. Nous ne transportons rien de

dangereux. Nous venons souvent en famille et sommes prêts à nous soumettre

aux contrôles en vigueur dans tous les aéroports du monde. Mais nous

refusons les pratiques arbitraires, c’est à dire sans rapport avec la

sécurité de qui que ce soit, de même que l’humiliation.

 

Tous les journalistes qui veulent bien se joindre à notre voyage pourront en

témoigner.

 

Pour se tenir informés du déroulement de la mission :

www.bienvenuepalestine.com

 

contact@bienvenuepalestine.com

 

Un participant de la mission : Xavier Renou, des Désobéissants : 06 64 18 34

21.

 

www.desobeir.net

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 23 Juin 2011

 

Le maire de Vaulx en Velin, Bernard GENIN, a simplement voulu marquer le

soutien de sa ville aux Palestiniens en accrochant un drapeau palestinien au

fronton de la mairie... le préfet le traduit devant le Tribunal administratif

(184 rue Duguesclin, dans le 3e arrondissement de Lyon), mercredi 29 juin à

10h45. Il a besoin de notre soutien !

 

Il explique : 

 

"À cette occasion je continuerai de défendre l’idée que la neutralité

exigée par le Préfet

n’est pas la bonne solution, qu’elle est un acte de lâcheté devant

l’oppression du peuple

Palestinien. Je préfère exprimer ma solidarité : Nos actes concrets de

coopération avec

la ville Palestinienne de Beit Sahour, ville liée avec la nôtre par un pacte

d’amitié, et le

drapeau Palestinien en sont la démonstration. (...) 

 

Je dirai également que le drapeau Palestinien devant l’Hôtel de Ville de

Vaulx-en-Velin

n’est en rien responsable de tension dans notre ville, n’est en rien une

provocation ou

un acte de communication.

C’est un acte symbolique de solidarité, un cri de colère devant

l’inaction de la commu-

nauté internationale qui se contente de protester mais qui se refuse à agir

concrète-

ment. C’est aussi un acte d’espoir, comme l’est par exemple

l’organisation d’un bateau

pour Gaza, initiative que je soutiens bien évidemment.

Un acte d’espoir pour qu’en septembre prochain l’ONU reconnaisse enfin

l’existence

d’un Etat Palestinien."

 

Envoyez un message de soutien à son cabinet :

tristan.vigneron@mairie-vaulxenvelin.fr

 

et venez au tribunal avec des drapeaux palestiniens si vous en avez.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 16 Mars 2011

Trois choses.

Sur le site de Libé, des résidents français de Tokyo racontent un quotidien quasi normal et insistent sur les japonais qui continuent à travailler. Un lecteur français leur répond: "Chez nous nos fonctionnaires utiliseraient à coup sur leur droit de retrait pour buller a la maison!"


Anne Lauvergeon patronne D'Areva qui ne se déplace pas en personne au Japon comme on pourrait s'y attendre a déclaré que le pays du soleil levant  était confronté à "une catastrophe naturelle très importante" mais "pas une catastrophe nucléaire". Faut reconnaître qu'elle perçoit un salaire important pour son poste mais c'est pas une catastrophe!

 

L'indécence, elle est toute entière dans tous les chercheurs du nucléaire du monde entier, ceux de Cadarache, de Grenoble, des Landes, ceux qui se cassent devant le nuage autrefois impossible, ceux qui devraient partir là bas et vivre sur les terres irradiés, elle est chez les politiques qui depuis Pompidou encouragent cette filière parce qu'elle rapporte; elle est chez Areva qui a fait condamné par la justice les militants qui se sont opposés au train nucléaire de Gorleben, elle est aussi chez les associations qui ont vendu un Grenelle creux, hors nucléaire, comme Greenpeace, France Nature Environnement, etc...

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 9 Mars 2011

Le blog d'un Cairote.

 

Egypte: Lettre à Nicolas Sarkozy

Le Caire, 9 mars 2011.

Monsieur le Président,

Nous nous réveillons ce matin nos corps et nos esprits encore endoloris des coups, des humiliations et des insultes ignominieuses de la journée d'hier, Journée Mondiale de la Femme.

Un millier de femmes, surtout, et d'hommes s'étaient réunis place Tahrir pour venir offrir et rappeler leur soutien total à l'élan démocratique qui secoue le pays depuis le 25 janvier 2011.

Le groupe avait établi, tout simplement, une liste de demandes basiques conformes aux articles de la déclaration universelle des Droits de l'Homme. Cependant, ces demandes universelles, prononcées et soutenues par des femmes ont déchaîné sur elles les foudres de l'enfer.

A peine arrivé place Tahrir, des hommes, pourtant des manifestants pour la démocratie, se jettent sur un petit groupe d'hommes et de femmes qui portent des tracts et des bannières. Ils lisent quelques tracts et, leur lecture à peine terminée, se métamorphosent en bêtes sauvages: "JAMAIS! Vous entendez?! JAMAIS une femme ne sera présidente! Hé! Tout le monde! Venez voir ça! Il faut brûler ces papiers maintenant! Il faut brûler! Brûler!".

D'autres s'interposent et conduisent le petit groupe dans une tente au milieu de la place. Celle-ci s'appelle "la tente des organisateurs de Tahrir". Le chef de la tente, que tous appellent "le docteur", vient lire les tracts. Il tient un discours qui n'est nul autre que le vôtre, Monsieur Sarkozy. Aussi n'est-il pas la peine que je vous traduise ici les propos du "docteur" au sujet de la Journée Mondiale de la Femme, mais que je vous rappelle ceux-ci: "C'est sympathique, il faut le faire, enfin parfois il faudrait qu'on se concentre sur l'essentiel".

Avant de revenir sur votre déclaration, je voudrais vous faire le récit de cette journée d'horreur.

La manifestation s'est formée au pied du Muggamaa, un bâtiment administratif situé place Tahrir, devant lequel se trouve une esplanade. Un groupe de femmes et d'hommes tiennent des affiches et scandent des slogans sur l'égalité des femmes et des hommes, la place de la femme dans la vie politique et la vie en générale, une législation et une constitution qui garantissent les droits et les libertés de chaque citoyen, quelque soit son sexe, son origine, ses croyances religieuses… En somme, leb-a, ba d'une démocratie digne de ce nom.

A peine 30 minutes plus tard, se forme une contre-manifestation d'hommes. Extraits: "Rentrez nous faire à bouffer", "La constitution ne sera pas laïque", "Quoiqu'il arrive, on va vous baiser! On va vous baiser!".

Les manifestantes et manifestants de l'autre bord, redoublent d'ardeur et répondent aux provocations, suscitant l'excitation elle aussi redoublée des contre-manifestants qui décident alors de charger. Ils sont arrêtés, pour un temps, par un cordon de volontaires qui font bloc contre une violence et une furie invraisemblables.

Puis, l'horreur absolue.

Deux femmes, puis deux autres sont pourchassées par une horde de 150 ou 200 hommes. Tandis qu'elles tentent de s'éloigner en marchant, ce sont des centaines de mains qui leur attrapent les seins, le sexe, leur tirent les cheveux, les battent. Elles sont entourées par des hommes qui les protègent sur 500 mètres de pur cauchemar. L'intervention de trois militaires, dans les deux poursuites, est providentielle et in-extremis. Nous savions tous, dans cette bataille, que nous allions être les témoins de meurtres, de viols et peut-être des deux à la fois, là, en plein jour.

S'en est suivie une nuit de consolation avec les victimes de cette ignomie, quatre femmes dont le courage me fait encore fondre en larmes tandis que je vous écris ces lignes.

Non, Nicolas Sarkozy vous ne devriez pas, vous Président de la République Française, pays des Droits de l'Homme, dire en public "C'est sympathique, il faut le faire, enfin parfois il faudrait qu'on se concentre sur l'essentiel".

J'attends d'entendre une de ces bêtes féroces me dire aujourd'hui: "Vous voyez, même Sarkozy est d'accord avec nous". Je sais que je vais l'entendre dire avant que la nuit tombe. Dites-moi, je vous prie, ce que vous vous voudriez que je lui réponde.

Merci.

Aalam Wassef

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 25 Février 2011

Info choc: L'UE décrète un embargo sur les foulards verts Hermes et les vêtements de Berger Armani en direction de la Libye.

 

La vraie information qui change le monde: "L'UE a trouvé un accord vendredi pour décréter un embargo sur les ventes d'armes et de matériel de répression, ainsi que des gels d'avoirs et des interdictions de visas à l'encontre de Mouammar Kadhafi et de ses proches, selon des sources diplomatiques." Ces mesures audacieuses prendraient effet «dès le début de la semaine prochaine». Kadhafi aura déja été débarqué probablement.

Apparemment le Berger a encore assez de réserves pour massacrer son peuple pendant 2000 ans, grâce aux ventes d'armes autorisés par l'Europe.


Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Orient orageux

Repost 0

Publié le 8 Février 2011

 

arton446.jpgLes enfants de l’année juive 5767. (12/09/2007)

 

« Qu’a bien pu faire le jeune Taha-Al Jawi, 17 ans à peine, pour être tué ? Tsahal a prétendu qu’il tentait de vandaliser la clôture de fil de barbelé qui entoure le camp d’aviation abandonné d’Atanot. D’après les témoignages de ses amis, ils étaient tous en train de jouer au football et Taha s’est contenté d’aller chercher le ballon. Quoi qu’il en soit, la réaction des soldats a été immédiate et déterminée : une balle dans la jambe et Taha s’est vidé de son sang pendant une bonne heure avant de mourir, abandonné dans le fossé boueux qui longe la route. »

Gidéon Levy. Gaza. Articles pour Haaretz. La fabrique.

Voir les commentaires

Rédigé par Oelpé

Publié dans #Orient orageux

Repost 0