Articles avec #viperes droitieres tag

Publié le 5 Avril 2012

2011-09-09-13-48-03-1-pauline-potter-has-renowned-as-the-wo.jpgLa vraie question des Français:

 

Bayrou défend l'idée des piscines non-mixtes pour les femmes «lourdes»

 
François Bayrou a défendu ce jeudi au forum «Elle» l'aménagement d'horaires pour les femmes dans les piscines pour permettre à celles «qui pèsent plus lourd que d'autres» de venir nager sans craindre d'être «exposées au regard des hommes». 

 

2011-09-09-13-48-03-3-mrs-potter-weighs-292-kilograms-and-h.jpg Ca me rappelle Obelix qui se jette dans un bassin dans le Bouclier des Arvernes. Tiens. oui.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2011

images.jpgUn tortionnaire aux Invalides

Jean-Pierre Dubois

 

Le général Bigeard, décédé l’année dernière, avait souhaité que ses cendres soient dispersées au-dessus de la cuvette de Dien Biên Phù, là où le corps expéditionnaire français a été définitivement vaincu par les combattants vietnamiens.

Les autorités vietnamiennes ont refusé ce cérémonial douteux.

Le ministère de la Défense vient donc d’annoncer que les cendres de l’illustre militaire seraient transférées à l’Hôtel des Invalides, à Paris.

Après le décès du général Bigeard, Nicolas Sarkozy, avait tenu à exprimer sa « profonde tristesse » et avait salué un « très grand soldat » qui incarnait « pour les Français la figure héroïque du combattant ».

Beaucoup d’autres l’avaient suivi, jusqu’à Jean-Pierre Masseret, président socialiste du Conseil régional de Lorraine qui avait exprimé son « émotion » et sa « tristesse ».

C’est ainsi que toute la France bien-pensante, plus ou moins nostalgique de l’Empire colonial, s’était retrouvée unie dans cet ultime hommage.

LES GESTAPISTES FRANCAIS

Le 13 janvier 1955, sous le titre Votre Gestapo d’Algérie, Claude Bourdet [1], dénonce la torture pratiquée par la police et l’armée en Algérie.

Il écrit dans l’hebdomadaire France Observateur :

«  Le supplice de la baignoire, le gonflage à l’eau par l’anus, le courant électrique sur les muqueuses, les aisselles ou la colonne vertébrale, sont les procédés préférés, car bien appliqués ils ne laissent pas de traces visibles.

Le supplice de la faim est également constant.

Mais l’empalement sur une bouteille ou un bâton, les coups de poing, de pied, de nerf de bœuf ne sont pas non plus épargnés.

Tout ceci explique que les tortionnaires ne remettent les prisonniers au juge que cinq à dix jours après leur arrestation...

Une fois que les Gestapistes ont dicté et fait signer à leurs victimes à demi-mortes "l’aveu" qu’il leur plaît d’attribuer, le reste du séjour à la police sert à remettre le prisonnier en état, au besoin à le soigner (mais oui !) afin qu’il soit présentable lorsqu’on le mène au juge ».

A la fin de la guerre d’Algérie, De Gaule s’empresse de proclamer l’amnistie et empêche que ces crimes puissent être largement connus.

Henri Alleg, journaliste à Alger Républicain, lui-même torturé [2], remarque :

«  Les délits et crimes liés à la guerre d’Algérie ont été amnistiés [...]

Aucun autre événement de l’histoire de France n’a bénéficié d’une mesure aussi rapide et systématique. [...]

Un tortionnaire aurait la possibilité de faire condamner en diffamation sa victime si elle l’accusait ! Car l’amnistie est assortie d’une obligation d’amnésie ».[3]

BIGEARD LE TORTIONNAIRE

Il faut attendre juin 2000 et la publication par Le Monde du témoignage de Louisette Ighilahriz pour que ces pratiques soient publiquement et largement dévoilées.

En 1957, âgée de 20 ans, Louisette Ighilahriz est une combattante du Front de libération nationale (FLN).

Tombée, avec son commando, dans une embuscade tendue par les parachutistes du général Massu, elle est capturée et emmenée, grièvement blessée, au quartier général. Là, elle est torturée, sans relâche, trois mois durant.

Dans son récit, Louisette précise comment Massu, ou bien Bigeard, quand ils venaient la voir, l’insultaient et l’humiliaient avant de donner l’ordre de la torturer.

« Massu était brutal, infect. Bigeard n’était pas mieux ».

Louisette a souvent hurlé à Bigeard : « Vous n’êtes pas un homme si vous ne m’achevez pas ».

Il lui répondait : «  Pas encore, pas encore ! ».

Elle ne doit sa survie qu’à un médecin militaire qui la découvre fin décembre 1957 et la fait transporter dans un hôpital où elle échappe à ses tortionnaires.

A la suite de ces révélations, Massu reconnaît que «  la torture avait été généralisée en Algérie » et « institutionnalisée avec la création du Centre de coordination interarmées (CCI) et des Dispositifs opérationnels de protection (DOP) ». Tout en affirmant n’y avoir «  jamais été directement mêlé ».

Même ligne de défense de Bigeard, pour qui la torture a été un « mal nécessaire » mais qui dément l’avoir pratiquée lui-même.

A l’annonce de la mort de son tortionnaire, Louisette Ighilahriz, a déclaré :

«  Chez nous, le nom de Marcel Bigeard est synonyme de mort et de torture. Il aurait pu libérer sa conscience avant de mourir.

 

J’en suis profondément déçue, malade ».

[1] Ancien Résistant, Claude Bourdet a participé à la fondation du mouvement Combat qu’il réprésente au Conseil national de la Résistance (CNR). Arrêté en 1944, il est déporté dans plusieurs camps de concentration dont celui de Buchenwald.

[2] Dans un livre - La question, Ed. de Minuit - Henri Alleg a raconté les sévices que lui ont fait subir des parachutistes français à Alger. Le gouvernement à direction socialiste en a immédiatement décrété la saisie au motif de « participation à une entreprise de démolition de l’armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale ». Réimprimé en Suisse, le livre a été vendu et lu à des milliers d’exemplaires dans le monde entier y compris en France où sa diffusion a été clandestine.

[3] Le seul officier qui ait été sanctionné est le général de la Bollardière : il a été condamné à l’emprisonnement en forteresse pour avoir dit au général Massu que les méthodes qu’il employait le dégoûtaient et qu’il n’avait que du mépris à son égard. Ce militaire refusait les méthodes de répression et la torture.

Jean-Pierre Dubois - blanqui.29@orange.fr

Avec les photos : 
http://lepetitblanquiste.hautetfort.com/archive/2010/06/18/art-175.html

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Pierre Dubois

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 14 Juin 2011

Quand Claude Guéant envoie ses motards à «Libé»


Par CÉDRIC MATHIOT

L’affaire de Claude Guéant et de ses statistiques bidons sur l’échec scolaire des enfants d’immigrés prend un tour surréaliste. Coupable d’une lecture très approximative d’une étude de l’Insee, le ministre de l’Intérieur avait assuré que les deux tiers d’élèves sortant du système scolaire sans qualification étaient des enfants d’immigrés… avant d’affirmer dans la foulée que deux tiers des enfants d’immigrés sortaient sans qualification du système scolaire.

Libération avait consacré au sujet deux articles (ici et ) en rubrique «Desintox». Piqué, le ministre nous a envoyé un droit de réponse. Que nous avons publié, sur un mode ironique : le ministre y livrait un raisonnement bancal pour tenter de retomber sur ses pieds.

Mais Guéant ne lâche pas. Vendredi, deux motards de la police sont arrivés à Libération pour livrer un nouveau courrier. Signé Guéant, qui persiste. Il faut croire que le gouvernement souffre de carences mathématiques. Luc Chatel, ministre de l’Education, a lui aussi échoué la semaine dernière sur RMC à résoudre un problème de maths de niveau CM2.

Ce qui a inspiré le comité de défense de la statistique publique : dans un communiqué vachard, le collectif écrit ainsi : «Les ministres du quinquennat 2007 ont deux fois plus de chance de ne pas maîtriser la règle de trois que les autres. Ainsi, selon la règle Guéant, les deux tiers des Français qui ne maîtrisent pas la règle de trois sont des ministres.» M’étonnerait pas qu’ils reçoivent un courrier.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 2 Juin 2011

Ecole: le mur de Château-Thierry(sur le blog de Véronique Soulé.(Libé)

Chateau thierry inspection murée 23 mai 2011
Luc Chatel
peut bien faire miroiter un "traitement différencié" du primaire l'an prochain, les parents d'élèves ne désarment pas contre les suppressions de postes. A Château-Thierry, ils ont muré l'entrée de l'inspection. Mais la seconde nuit, une escouade policière est passée. Ordre du sous-préfet. Et le mur est tombé.

La mobilisation de Château-Thierry, ville de 16 000 habitants au sud de l'Aisne, illustre bien l'engagement exceptionnel cette année des parents mais aussi des élus contre les suppressions de postes. La raison: cette fois, on ne touche plus seulement au secondaire mais au primaire. Et lorsqu'on supprime un poste, généralement on ferme une classe. Pour les familles, c'est le fondement même de l'éducation que l'on attaque. Pour les élus, notamment dans les zones rurales, c'est un service public de plus que l'on appauvrit, voire que l'on ferme.

A Château-Thierry, trois classes de primaire doivent disparaître à la rentrée dans trois écoles dont deux en zep (zone d'éducation prioritaire). Deux villages autour - Marigny-en-Orxois et Azy-sur-Marne -, également touchés par des fermetures, se sont joints à la mobilisation. Et les parents ont fondé le collectif  "Combat pour l'école".

Le maire Jacques Krabal, du Parti radical de gauche, s'est engagé à fond aux côtés des protestataires. Alertée par le collectif, la députée locale, Isabelle Vasseur, de l'UMP, a préféré rester discrète.

"Nous avons été méprisés dans cette affaire, d'où des actions dures, nous explique le maire, or nous ne voulons surtout pas encore nous faire avoir comme à la dernière entrée où on nous a fermé deux classes sans rien dire, en catimini. En plus, nous sommes, entre Reims et Paris, la région de l'Aisne qui se développe: nous aurons bientôt 130 nouveaux logements à Château-Thierry".

Les parents castrothéodoriciens - ou castel... - sont particulièrement inventifs. En plus des classiques manifs, distribution de tracts, envois de courriers et demandes d'audiences, ils ont reconstitué une "classe surchargée" avec 30 pupitres en pleine rue devant l'inspection, tenu un "conseil d'école" en présence du maire (voir la photo), qui a voté l'arrêt des suppressions de postes, simulé un dépôt de gerbe à la mémoire de l'éducation, muré à coup de parpaings l'inspection ...

Conseil d'école devant l'IA à Chateau-Thierry en présence du maire 27 mai 2011
"Pour toutes ces actions, on a senti de la solidarité. Quand on se relayait devant l'inspection par exemple pour distribuer des tracts, le boulanger nous a apporté des gâteaux", explique Florence, une mère de deux enfants à l'école de la place Thiers. L'école, qui a déjà perdu une classe l'an dernier, devrait en perdre une autre en septembre: "on aurait alors jusquà' 30 élèves par classe, et avec des doubles niveaux".

"Ces jours-ci nous faisons relâche pour ne pas lasser les parents, poursuit-elle. Nous attendons le rendez-vous avec l'inspectrice académique le 6 juin à Laon. Mais si nous n'obtenons pas satisfaction, cela repartira de plus belle".

Il est clair que toute cette mobilisation, ajoutée au récent coup de gueule de la puissante Association des maires de France (AMF) présidée par l'UMP Jacques Pélissard, commence à inquièter en haut lieu. Ceci explique que Luc Chatel multipie les annonces ces jours-ci, ajoutant d'ailleurs à la confusion.

A deux reprises - dans une interview à La Croix  puis au Journal du dimanche -, le ministre vient ainsi d'annoncer un "traitement différencié pour le primaire" l'an prochain, avec pour objetif "autant de classes à la rentrée 2012 qu'à la rentrée 2011" - où on en ferme 1500. Mais en même temps, il affirme vouloir poursuivre le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux.

Il lui reste moins d'un an d'ici la présidentielle pour tenter de convaincre qu'en "optimisant" ainsi les moyens, il rend le système "plus performant", les profs plus efficaces et les élèves meilleurs.

Crédits photos: l'entrée de l'Inspection académique murée le 23 mai au matin, et le "conseil d'école" le 27 mai devant l'IA avec le maire, des feuilles blanches dans les  mains (photos du collectif Combat pour l'école).

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 18 Avril 2011

Gérard Longuet, très extrême dans les droites, au volant comme dans la vie, a toujours échappé aux coups fourrés, ceux des affaires qui aurait pu le ratttraper, et tout dernièrement à un attentat taliban.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 1 Avril 2011

Ce soir jeudi 31 mars, une dizaine de militant-e-s révolutionnaires se sont rassemblé-e-s devant le Palais de Justice de Clermont Ferrand pour exiger la libération de Jean-Marc Rouillan et de Georges Cipriani.
 
     Jean-Marc passait en effet devant le Traibuanl d'Application des Peines suite à l'appel du parquet (le TAP lui avait accordée la semi liberté le 16 février dernier avant l'appel du parquet)pour sa libération conditionnelle. Nous apprenons quelques minutes avant que la réponse de l'audience de ce jour 31 mars sera le 28 avril… Encore un mois à crever dans les geôles du capitalisme…
 
Georges quant à lui a bénficié d'un régime de semi-liberté (travail le jour, prison la nuit et le WE) depuis avril 2010, après plus de 30 mois de “méandres judiciaires” pour sa 4° demande de libération conditonnnelle et là aussi le parquet a fait appel de la décision du TAP qui lui autorisait la libération conditonnelle le 24 mars dernier.
 
Acharnement ou irrationnalité?
 
    Un texte fut lu appelant à la libération de Jean-Marc et à l'arrêt de l'acharnement envers Georges, un autre revenant sur le terrorisme d'Etat envers Jean-Marc d'une part, sans oublier Aurore Martin et toutes et tous les autres.
 
Nous avons pu discuter avec quelques personnes pour leur expliquer ce que subissent les militant-e-s révolutionnaires en taule… et avons diffé quelques tracts.
 
        Ce rassemblement n'était pas le premier, et nous continuerons jusqu'à la libération de Jean-Marc, et des autres ! 24 ans ça suffit !


Voir les commentaires

Rédigé par Le SEB

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 20 Mars 2011

Unknown-copie-2 Je ne me suis pas étonné en entendant la journaliste du Figaro hier soir sur France Inter qui est en place à Tripoli et toute proche de Kadhafi. Le Figaro est à Serge comme les Rafale libyens qui tirent sur Benghazi, comme l'armement de la France qui frappe mollement les troupes libyennes. Serge, lui, il est content ce dimanche. La guerre est si jolie. Et les français aussi; bientôt l'essence va baisser. Chouette, on va pouvoir reprendre la voiture pour une balade en foret.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 9 Mars 2011

L’émission « le Fou du Roi » étant une émission dont le titre n’est pas volé, on tombe tout de même sur son fondement comme ce midi, 9 mars 2011, quand les invités sont l’éternel endormi et terriblement creux Thomas Fersen et Boutros Boutros Ghali, l’ex secrétaire général de l’ONU. Ce dernier dont le regret principal de sa vie est de n’avoir pas appris d’instrument de musique n’a jamais été contredit par l’équipe d’humoristes de l’émission. Seul regret donc quand ce type qualifie le génocide rwandais de guerre inter ethnique alors que l’Occident a provoqué et alimenté cette tuerie sans nom et que c’est la Belgique qui au début du siècle a identifié les individus par appartenance ethnique. Boutros Ghali, grand ami de Moubarak et mou devant Israël n’a pas été bousculé que son mandat de secrétaire soit entaché d’un génocide. Mais quand ses amis sont en autres Mitterrand qui passait beaucoup de temps à Louxor et au Caire, on comprend dans quel camp est ce raïs égyptien. Quant à Thomas Fersen, ses chansons parlent pour lui. Le comble de la niaiserie est de retour.

Voir les commentaires

Rédigé par Kigali Kigali Pas content

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 24 Février 2011

Par pitié Mr Kadhafi, exterminez vite vos "drogués" et autres agents d'Al Qaida, pasque nous, on trouve l'essence trop chère!


Comité de soutien Patrick Ollier aux automobilistes. Nantua.

Voir les commentaires

Rédigé par Louise Mitchell

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0

Publié le 22 Février 2011

 On a supporté Ben Alliot Marie, la  tempête de Saint Jean de Luz,  impliquée jusqu'au cou dans la dictature Tunisienne et qui n'en finit plus de se démentir dans de pitoyables et fausses déclarations. Puis on a eu droit à Hosni Fillon en vacances chez le Roi Moubarack. Ca ne s'est pas arrêté là:  Senor Nicolas Sarkosy empoisonnant des relations diplomatiques avec un régime qui mène la guerre entre autres aux zapatistes et à ses indigènes, pour les beaux yeux d'une française accusée d'être la compagne d'un truand . Le boy friend de Michelle, Patrick Ollier qui lit Montesquieu (grand bien lui fasse) se rendant en tant qu'épicier en chef d'avions Rafale chez Kadhafi dans "le souci de la démocratie". : «Le colonel Kadhafi voudrait refaire sa flotte d’avions qui est tout à fait obsolète, explique-t-il." Le nain Boillon buvant le bouillon, lui,  estimait aussi que Kadhafi avait droit au rachat.  Rien de très étonnant en somme pour un pays ou Dassault et Lagardère font la pluie et le beau temps. Ils doivent d'ailleurs se réjouir de voir ces temps-ci autant de tanks sur les photos révolutionnaires.

Ce qui choque c'est cette incapacité à épouser le style de la vraie diplomatie, cet art qui tient autant du mensonge que de l'apre négociation. Quelle pitié d' écouter Rama Yade sur France Inter ce mardi matin. Pas un gramme de courage politique, ni aucun sens politique, le dernier degré de la dignité quand elle s'exprime sur le guerrier bédoin, Kadhafi, ce n'est que pour dire qu'elle ne sentait pas ce personnage." Je n'avais pas confiance dans cet homme!" Quelle perspicacité devant ce bouffon vert. Cette "tragédie insupportable pour la conscience humaine" l'était déja quand elle officiait comme potiche aux Ministère des Droits de l'Homme. Un ministère dont Kouchner a avoué l'inadéquation avec le réalisme politique.  "Moi j'étais pas là" répond-t-elle à Renaud Dely. Elle laisse échapper un très intérieur: "Je dois réagir!"

On est surtout au pays des Bisounours avec elle. Sur au moins une chose le colonel Khadafi a raison:"« Ne croyez pas les chaînes de télévision qui appartiennent à des chiens errants ." Seul souci, ces chiens errants possédent les televisions comme les groupes d'armement: Lagardère notament. A ce propos rappelons que le soldat Chavez  a été décoré par le berger des sables verts, lors de sa tournée dans les pays de "l'axe du mal".

 

L'état major diplomatique français est vraiment un ramassis de laches et de minables, incapables de tenir une position politique. Ils en sont réduits à être le service aprés vente de groupes financiers, soumis aux désidératas d'une clique qui agit comme les personnages de la presse people de Paris Match, sourires, pleurs, mariages, affaires, trahison, on croirait dans une télénovela brésilienne. Le dernier paltoquet en slip vient d'être nommé à Tunis pour sauver les affaires françaises mais les révoltés de la Kasbah l'ont vite dégagé en touche. La diplomatie d'un état n'est certes pas à l'image de l'intégrité ou de la franchise d'un homme seul mais il se doit d'être un tant soit peu habile, informée, discrète, prendre ne compte une histoire, une sociologie, une culture. La diplomatie française à l'image de son président est une diplomatie qui doit dégager!

Voir les commentaires

Rédigé par Greg Lemon

Publié dans #Vipères droitières

Repost 0